Refugees On The Move : Tchad

Tchad
atelier-femmes

Programme                                                                                               Novembre 2011 –  Octobre 2012

« Refugees on the Move » repose sur lʼidée incroyable de faire de la danse un outil de médiation sociale et culturelle au sein d’une dizaine de camps de réfugiés en Afrique subsaharienne.

 

Le programme « Refugees on the Move », lancé en partenariat avec l’UNHCR poursuit ainsi trois objectifs précis: réduire la violence au sein des camps de réfugiés; contribuer à restaurer l’estime de soi des réfugiés, et accroitre le dialogue entre populations réfugiées et voisines des camps par la danse et l’expression corporelle.

 

Cʼest dans cette optique que « Refugees on the Move » prévoit lʼintervention dʼune équipe artistique composée d’une dizaine d’artistes (danseurs et musiciens) menée par un chorégraphe du pays, en plusieurs sessions sur une durée d’environ une année. Au Tchad, c’est le chorégraphe Taigue Ahmed et sa compagnie Ndam Se Na qui sont intervenus entre 2011 et 2012 dans les camps de réfugiés de Moula et Yaroungou.

 
Contexte

C’est suite à sa rencontre avec Taïgue Ahmed, chorégraphe Tchadien, qu’AAD a lancé le programme « Refugees on the Move ». Taïgué Ahmed et son association Ndam Se Na interviennent depuis 2006 dans des camps de réfugiés au Tchad, et AAD s’est engagé à reproduire cette démarche dans les camps de neuf autres pays d’Afrique subsaharienne avec des chorégraphes locaux.

Le Tchad comptait en 2010 plus de 300 000 réfugiés majoritairement soudanais, déplacés internes tchadiens et réfugiés centrafricains recueillis dans les camps du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR).

 

Ces structures temporaires offrent des conditions de vie précaires alors que ce sont parfois jusqu’à trois générations de réfugiés qui cohabitent au sein des camps. Malgré le travail constant et efficace du personnel de l’UNHCR, la persistance de cette situation affecte considérablement l’optimisme et la capacité de projection des réfugiés, souvent coupés du monde extérieur.

 

En novembre 2011, un projet pilote a été lancé dans les camps de réfugiés de Moula et Yaroungou, au sud du Tchad, avec Taïgue Ahmed et son association Ndam Se Na afin de définir les modalités de reproduction du programme dans les 9 autre pays d’Afrique subsaharienne et de commencer la formation des chorégraphes qui prendront le relais.

 

En avril 2012, Taïgué Ahmed et son équipe sont retournés dans ces deux camps pour assurer le suivi de la formation des troupes. Ils s’y sont rendus de nouveau en octobre 2012 afin de garantir la pérennité de cette initiative et de préparer avec le chorégraphe centrafricain Boniface Watanga la première reproduction du programme hors du Tchad.

 

Objectifs

 

L’objectif principal du programme est d’apporter aux réfugiés un réel mieux-être et de participer à la réduction de violence intra et inter communautaire.

Au-delà de la pratique physique, ces ateliers sont aussi lʼoccasion de diffuser des messages de prévention sur la santé (SIDA, hygiène…), de sensibiliser les réfugiés à lʼimportance de lʼéducation, et de dénoncer les violences faites aux femmes, en les encourageant à se responsabiliser et à se prendre en charge.
 
Réalisations

A long terme, le but de ces différentes sessions est d’ancrer durablement la danse dans les camps: au cours des ateliers, le chorégraphe et son équipe de danseurs repèrent des leaders naturels et des bons danseurs qui auront pour charge de monter et de gérer de véritables troupes de danse propre aux camps.

 

Un véritable système de relais entre artistes africains a été mis en place : les chorégraphes participant au programme de Refugees on the Move sont formés dans les camps de réfugiés par le chorégraphe et sa troupe. Taïgue Ahmed a ainsi formé le chorégraphe Boniface Watanga, qui a par la suite répliqué le programme en Centrafrique.

 

Le programme « Refugees on the Move » au Tchad a été un véritable succès. Certains réfugiés du programme ont même participé aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de N’Djamena et au Ballet National du Tchad.

 

______________________________________________________________________________

Le programme « Refugees on the Move » fait partie intégrante de l’Engagement « Refugees on the Move : Using dance to reduce violence and restore self-esteem in refugee camps » (Réfugiés en mouvement: la danse comme instrument de canalisation de la violence et de restauration de l’estime de soi dans les camps de réfugiés), pris publiquement par AAD le 24 septembre 2012, lors de la réunion annuelle de la Clinton Global Initiative (CGI).

 

 

cgi_seal

 

La Clinton Global Initiative (CGI) réunit des décideurs mondiaux afin de transformer leurs idées en actions. Les « Engagements d’action » (Commitments to Action) de la CGI incarnent des approches innovantes centrées sur l’impact, conçues par ses membres pour répondre aux enjeux mondiaux, et mises en oeuvre par des partenariats fructueux. Ces « Engagement d’action » peuvent être modestes ou ambitieux, mondiaux ou locaux. Peu importe leur portée, ces Engagements permettent aux membres de la CGI de retranscrire des objectifs concrets en résultats mesurables et porteurs de sens.