Refugees On The Move : Tchad

Tchad

La danse comme outil de médiation

 

Refugees on the Move repose sur l’idée incroyable de faire de la danse un outil de médiation sociale et culturelle au sein d’une dizaine de camps de réfugiés en Afrique subsaharienne.

 

Le programme Refugees on the Move, lancé en partenariat avec l’UNHCR poursuit ainsi trois objectifs précis : réduire la violence au sein des camps de réfugiés; contribuer à restaurer l’estime de soi des réfugiés; accroitre le dialogue entre populations réfugiées et voisines des camps par la danse et l’expression corporelle.

 

Au-delà de la pratique physique, ces ateliers sont aussi lʼoccasion de diffuser des messages de prévention sur la santé (SIDA, hygiène…), de sensibiliser les réfugiés à lʼimportance de lʼéducation, et de dénoncer les violences faites aux femmes, en les encourageant à se responsabiliser et à se prendre en charge.

 

Cʼest dans cette optique que Refugees on the Move prévoit lʼintervention dʼune équipe artistique composée d’une dizaine d’artistes (danseurs et musiciens) menée par un chorégraphe du pays, en plusieurs sessions sur une durée d’environ une année. Le projet pilote du programme lancé au Tchad en 2011 a permis de définir les modalités de reproduction du programme dans 9 autres pays d’Afrique subsaharienne.

 

A long terme, un système de relai entre artistes africains a été mis en place : les chorégraphes participant au programme dans d’autres pays sont formés au sein des camps. Une fois le programme installé dans un camp, le chorégraphe en charge formera des réfugiés afin qu’ils deviennent eux-mêmes formateurs. L’idée est d’ancrer durablement la danse dans les camps.

 

 

Le Tchad et la rencontre avec Taïgue Ahmed

 

Le Tchad comptait en 2010 plus de 300 000 réfugiés majoritairement soudanais, déplacés internes tchadiens et réfugiés centrafricains recueillis dans les camps du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR). Ces structures temporaires offrent des conditions de vie précaires alors que ce sont parfois jusqu’à trois générations de réfugiés qui cohabitent au sein des camps. Malgré le travail constant et efficace du personnel de l’UNHCR, la persistance de cette situation affecte considérablement l’optimisme et la capacité de projection des réfugiés, souvent coupés du monde extérieur.

 

C’est suite à sa rencontre avec Taïgue Ahmed, chorégraphe Tchadien, qu’AAD a lancé le programme Refugees on the MoveTaïgué Ahmed et son association Ndam Se Na interviennent depuis 2006 dans des camps de réfugiés au Tchad. AAD s’est engagé à reproduire cette démarche dans les camps de neuf autres pays d’Afrique subsaharienne avec des chorégraphes locaux.

 

 

Le programme Refugee on the Move au Tchad en quelques dates clés

 

NOVEMBRE 2011

Lancement du projet « ROM TCHAD 1 » dans les camps de réfugiés de Moula et Yaroungou, au sud du Tchad, avec Taïgue Ahmed et son association Ndam Se Na. Des ateliers de danse ouverts à tous sont initiés.

 

AVRIL 2012

Nouvelles sessions de formation de danses dans les deux camps.

 

OCTOBRE 2012

Préparation avec le chorégraphe centrafricain Boniface Watanga de la première reproduction du programme hors du Tchad, en Centrafrique.

 

DECEMBRE 2012

7 hommes et 7 femmes sélectionnées dans les camps de Moula et Yaroungou ont interprété la création inédite de Taïgué Ahmed Where are we ? à l’occasion des Rencontres Chorégraphiques Internationales de N’Dhaména (Festival Souar Souar). Trois représentations étaient programmées dans l’espace du Ballet National du Tchad.

 

DECEMBRE 2016

Taïgué Ahmed forme 5 hommes et 2 femmes des camps de réfugiés afin qu’ils deviennent à leur tour formateur et fassent perdurer les ateliers au sein des camps.

 

FEVRIER 2020

Lancement du projet « ROM TCHAD 2 » : nouvelles sessions d’ateliers de danse avec la compagnie du chorégraphe Taïgué Ahmed dans le camp de Dar es Salam et dans la ville de Baga Sola. Quatre ateliers de danses sont organisés durant les dix premiers jours : danse traditionnelle, hip hop, coupé décalé et acrobaties.


______________________________________________________________________________

Le programme « Refugees on the Move » fait partie intégrante de l’Engagement « Refugees on the Move : Using dance to reduce violence and restore self-esteem in refugee camps » (Réfugiés en mouvement: la danse comme instrument de canalisation de la violence et de restauration de l’estime de soi dans les camps de réfugiés), pris publiquement par AAD le 24 septembre 2012, lors de la réunion annuelle de la Clinton Global Initiative (CGI).

 

 

cgi_seal

 

La Clinton Global Initiative (CGI) réunit des décideurs mondiaux afin de transformer leurs idées en actions. Les « Engagements d’action » (Commitments to Action) de la CGI incarnent des approches innovantes centrées sur l’impact, conçues par ses membres pour répondre aux enjeux mondiaux, et mises en oeuvre par des partenariats fructueux. Ces « Engagement d’action » peuvent être modestes ou ambitieux, mondiaux ou locaux. Peu importe leur portée, ces Engagements permettent aux membres de la CGI de retranscrire des objectifs concrets en résultats mesurables et porteurs de sens.