African Space Art Project

LE PROJET

 

 

L’ONG African Artists for Development a conçu et a mis en place African Space Art Project (ASAP), un programme original en partenariat avec Arianespace, Eumetsat, et l’Organisation Météorologique Mondiale.

 

 

Le premier geste 100% africain dans l’espace

 

Le programme African Space Art Project d’AAD est né d’un constat : l’Afrique est le continent qui émet le moins de CO2 et pourtant il est celui qui souffrira le plus du réchauffement climatique.

 

Depuis 1999, le continent africain s’est engagé dans la course spatiale. Si le premier lancement d’un satellite de communication a été effectué en 2018 par l’Afrique du Sud avec le soutien de la NASA, elle a été depuis rejointe par 7 autres pays disposant d’un appareil satellitaire en orbite. L’année 2017, avec 4 lancements à l’initiative de pays africains, a marqué l’accélération des programmes spatiaux sur le continent.

 

En 2021, un lanceur Ariane 5 mettra sur orbite au- dessus de l’Afrique un nouveau satellite géostationnaire de troisième génération d’EUMETSAT qui permettra de surveiller les changements climatiques et météorologiques du continent africain.

 

ASAP veut montrer l’importance stratégique pour les peuples africains d’un tel lancement. Ce satellite et les données qu’il fournira pour le continent sont un enjeu sans égal.

 

 

La première exploration artistique africaine de l’espace

 

ASAP s’est donné comme objectif d’orner la coiffe d’Ariane 5 d’une reproduction d’une œuvre d’art contemporaine africaine, symbole historique de la puissance de la création contemporaine africaine qui se met au service de l’avenir du continent. Cette œuvre incarnera l’image d’une Afrique moderne, ambitieuse, optimiste qui nous emmène au-delà des étoiles.

 

Elle existera sous une double forme :

 

(1) Spatiale, elle sera appliquée sur la coiffe du lanceur Ariane 5.

 

(2) Terrestre, elle sera présentée à travers le continent sur la maquette de la coiffe du lanceur.

 

Pour célébrer la mobilisation de l’ensemble de la communauté artistique africaine autour d’ASAP, l’œuvre envoyée dans l’espace – réalisée par un artiste africain – comportera dans son cadre l’ensemble des noms des artistes ayant participé au financement d’ASAP en faisant don d’une de leurs œuvres.

 

Historique, ce projet d’envergure a été lancé officiellement au Forum annuel d’Abidjan organisé par EUMETSAT le 24 septembre 2018.

 

 

 

DATES CLES DU PROJET

 

4 mars 2020 – Le Comité Artistique (Paris), composé de 4 personnalités du monde de la culture et des arts, choisira 3 lauréats parmi une centaine d’artistes invités.

 

27 novembre 2021 à Rabat Délibération finale du Jury et sélection de l’artiste lauréat dont l’œuvre décorera le cône supérieur de la fusée Ariane V.

 

Décembre 2021 – Février 2022 – Résidence artistique de l’artiste lauréat.e au siège d’EUMETSAT à Darmstadt

 

Mars 2022 – Numérisation de l’oeuvre

 

Avril à Juin 2022Transfert de l’oeuvre sur le cône de la fusée

 

Avril à Novembre 2022 Tournée de l’artiste et de l’œuvre dans des lieux artistiques et culturels, en Afrique, en Europe et aux États-Unis

 

Décembre 2022 Lancement de la Fusée Ariane à Kourou, Guyane

 

 

 

LE COMITE ARTISTIQUE en date du 4 mars 2020

 

 

 

Jean-Philippe AKA – Président du Comité

 

Né en Côte d’Ivoire en 1972, Jean Philippe Aka est le fondateur de www.africartmarket.today, un service d’évaluation en ligne des beaux-arts et des arts décoratifs africains. Il est également le rédacteur en chef du rapport annuel sur le marché de l’art africain.

En 2012, il a fait partie du comité de présélection de l’UNESCO pour le Mémorial permanent des Nations unies en l’honneur des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique, remporté par Rodney Leon, l’architecte haïtien-américain, dont la proposition L’Arche du retour a été dévoilée aux Nations unies en 2015.

 

Gaël FAYE

 

Né au Burundi en 1982, Gaël Faye est un artiste et écrivain franco-rwandais. Lorsque la guerre civile au Burundi et le génocide des Tutsis dans le Rwanda voisin ont éclaté en 1994, Faye s’est réfugié en France l’année suivante. Il a étudié le commerce et la finance et a travaillé dans un fonds d’investissement à Londres pendant deux ans avant de décider de faire le grand saut dans la musique. Influencé par la littérature créole et par la culture hip hop, il a sorti un album en 2009 dans le cadre du groupe Milk Coffee & Sugar. En 2013, il a sorti son premier album solo Pili Pili on a butter croissant. Enregistré entre Bujumbura et Paris, son album se nourrit de diverses influences musicales : rap teinté de soul et de jazz, semba, rumba congolaise, sebene… En 2016, il publie son premier roman, Petit Pays, qui remporte de nombreux prix, dont les prix des lycéens de la Fnac, d’Audiolib et de Goncourt.

 

Melissa GOBA

 

Née en Afrique du Sud en 1979, Melissa Goba est une artiste, écrivain et conservatrice qui a occupé divers postes dans le domaine des arts visuels. Elle s’intéresse particulièrement à la culture populaire et à sa relation globale avec l’Afrique. Elle écrit régulièrement pour des journaux et des catalogues (notamment le catalogue de la FIFA en 2010). Elle a été commissaire de nombreux projets et a été la première consultante pour la collection Murray & Roberts : Standard Bank Young Artist, SASOL Wax Award et la Biennale de Venise. Elle a été titulaire d’une chaire au Arts & Culture Trust (ACT) en Afrique du Sud jusqu’en 2017.

 

Keziah JONES

 

Né au Nigeria en 1968, Keziah Jones, de son vrai nom Olufemi Sanyaolu, est un auteur-compositeur-interprète et guitariste. Adolescent, il s’est installé au Royaume-Uni, mais il est maintenant basé aux États-Unis et voyage régulièrement en France et au Nigeria.

Il a inventé un nouveau style musical, le Blufunk, introduit pour la première fois via Blufunk Is A Fact ! Ce style est un mélange de ceux qui l’ont influencé comme Fela, Prince, Jimmi Hendrix et Miles Davis. Ce mélange de funk et de blues acoustique a été porté par le succès mondial de son single Rhythm is love.

Jones a sorti une série d’albums : African Space Craft et Liquid Sunshine, suivi de la percée de son album Black Orpheus. Plus récemment, il a sorti l’album Nigerian Wood, qu’il a inauguré par une série de concerts surprises dans les stations de métro parisiennes.

 

 

 

 

LES 3 ARTISTES LAURÉATS

 

 

 

Géraldine TOBÉ

 

Géraldine TOBE MUTUMANDE est née le 9 février 1992 à Kinshasa, ville dans laquelle elle travaille et vie. Elle entre pour la première fois en contact avec l’art à l’âge de 9 ans au sein même de sa famille, son grand frère étant un bon dessinateur, elle était fascinée par les dessins de ce dernier. Sa mère l’inscrit au lycée MPIKO, une école féminine tenue par des religieuses. C’est dans cette école que va se produire le tournant anecdotique qui va le conduire à pleins pieds au portillon du monde des arts. C’est ainsi qu’elle sera inscrite à l’institut des beaux-arts de Kinshasa en peinture où elle obtiendra son bac à la fin de son parcours. Elle y passa 2 ans avant de se consacrer entièrement à son activité artistique et de son penchant pour l’art contemporain. Son art est imprégné de son vécu et de son passé instable. Avant-gardiste avec sa technique de la fumée, elle s’est déjà imposée comme l’un des grands artistes plasticiens congolais, tant au niveau national que sur le plan international. .

Elle excelle aussi dans le domaine de la performance artistique où un évènement quasi tragique a failli emporter sa vie en 2015 au cours d’une représentation, le feu atteignit les raphias qu’elle portait en elle et brûla la partie arrière de son corps par mégarde, ce qui justifie le symbolisme de l’incendie qui est omniprésent dans son oeuvre. Cette scène l’a amené à définir « la vie comme un puzzle faite des codes que l’on est obligé de connaitre et de comprendre pour la maitriser et faire face à l’inconnu et au néant qui nous hante. »

 

 

Michel EKEBA

 

Michel Ekeba est né en 1984 à Kinshasa en République Démocratique du Congo, diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa en Communication Visuelle, il a créé le Label BACK DESIGN. C’est dans le domaine de l’art contemporain que Michel Ekeba se réalise le plus via des performances, des films, des textes, des photos et des installations qu’il développe avec le collectif KONGO ASTRONAUTS dont il est à l’initiative avec l’artiste Eléonore Hellio.

Stimulé par le mouvement Hip Hop et les cultures urbaines des mégalopoles mondiales de la fin des années 90, il pratique la poésie rap. Pour se libérer des violences sociales auxquelles il est confronté, il partage son flow dans la rue et y introduit peu à peu des éléments visuels. Il en résultera des performances urbaines. Sa série de performances la plus connue est celle de « l’astronaute ».Apparitions souvent spontanées, elles questionnent le concept d’exil et le rêve d’autres mondes.

 

 

Jean David NKOT

 

Né le 5 septembre 1989 à Douala au Cameroun où il vit et travaille, Jean-david Nkot est diplômé en peinture de l’Institut de Formation Artistique de Mbalmayo (IFA) et en peinture et dessin de l’Institut des Beaux-Arts de Foumban. Durant son temps aux Beaux-Arts de Foumban, il est lauréat de plusieurs distinctions artistiques (meilleur sculpteur, installateur et peintre). En 2017, il intègre le Post Master “Moving Frontiers” – plateforme expérimentale de recherche artistique, mobile et ouverte, qui se propose d’interroger les frontières et les territoires mais aussi de faire place aux problématiques contemporaines sur l’afrique, la migration, la question coloniale et postcoloniale – organisé par l’École Nationale d’Arts de Paris-Cergy (France).

Nkot se dit interpellé par l’impact de la violence de l’indifférence et la passivité de la communauté internationale et des gouvernements sur la situation des victimes dans le monde. Le corps et le territoire sont les sujets-clés autour desquels il structure sa démarche plastique. Avec l’utilisation de ses timbres postaux géants explorant et exposant des visages recouverts d’inscriptions de noms d’armes de guerre – qui constituent l’essentiel de ses créations – il cherche à interroger et à susciter une prise de conscience collective. Comme des timbres-poste, la vocation de ses oeuvres est d’affranchir ces victimes marquées par la violence de l’indifférence qui, selon lui, caractérise le visage complice du monde. L’introduction de cartographies dans son travail lui permet d’interroger la manière dont le corps et le territoire s’entremêlent dans l’espace ainsi que de questionner la place du corps dans la société.

 

 

LE JURY

 

 

Président du Jury

 

Jean-Phillipe AKA – Spécialiste de l’art contemporain africain, Président du Jury

Elise ATANGANA – Commissaire d’expositions, Présidente du Jury

 

 

Membres du Jury

 

Jean-Michel ABIMBOLA – Ministre du tourisme, de la culture et des arts du Bénin

Annie COHEN-SOLAL – Historienne, biographe et essayiste

Paul COUNET – Directeur Relations Publiques d’EUMETSAT

Phil EVANS – Directeur Général d’EUMETSAT

Elisabeth GOMIS – Journaliste et réalisatrice

Stéphane ISRAEL – Président Directeur Général d’Arianespace

Agnès KIJAZI – Troisième Vice-Présidente de l’OMM

Daouda KONATE – Directeur de la Météorologie de Côte d’Ivoire

Gervanne LERIDON – Co-présidente d’AAD-fund

Matthias LERIDON – Co-président d’AAD-fund

Sarah MBI ENOW ANYANG – Commissaire de l’Union Africaine chargée des ressources humaines, de la science et de la technologie

Same MDLULI – Directrice de la Standard Bank Gallery Johannesburg

Azubuike NWAGBOGU – Directeur d’African Artists’s Foundation

Mehdi QOTBI – Président de la Fondation des musées du royaume du Maroc

Alain RATIER – Ancien Directeur Général d’EUMETSAT

 

 

CONTACTS

 

communication@aad-fund.org

 

SITE INTERNET

https://www.africanspaceartproject.com/fr/accueil/

 

 

PAGE FACEBOOK DU PROJET

https://www.facebook.com/africanspaceartproject/