Exposition « Hollandaise: un voyage à travers un tissu emblématique » à la Raw Material Company, Dakar, Sénégal

jeudi 25 avril 2013
Blue to Black, Willem de Rooij, 2012 ©
Blue to Black, Willem de Rooij, 2012 ©
Evelyn’s Island Escape, Billie Zangewa, 2012 ©
Evelyn’s Island Escape, Billie Zangewa, 2012 ©
Angelina Rising, Billie Zangewa, 2012 ©
Angelina Rising, Billie Zangewa, 2012 ©
Midnight Aura, Billie Zangewa, 2012 ©
Midnight Aura, Billie Zangewa, 2012 ©
African Feast (the men and the marionettes), Abdoulaye Konaté, 2012 ©
African Feast (the men and the marionettes), Abdoulaye Konaté, 2012 ©
African Feast (the men and the marionettes), Abdoulaye Konaté, 2012 (détail) ©
African Feast (the men and the marionettes), Abdoulaye Konaté, 2012 (détail) ©
The Currency of Ntoma (Fabric), Godfried Donkor, 2012. Vue de l'installation ©
The Currency of Ntoma (Fabric), Godfried Donkor, 2012. Vue de l'installation ©
La Javanaise, Wendelien van Oldenborgh, 2012. Vue de l'installation ©
La Javanaise, Wendelien van Oldenborgh, 2012. Vue de l'installation ©

Centre pour « l’art, le savoir et la société » créé en 2008 à Dakar au Sénégal, la Raw Material Company, propose depuis le 10 avril sa nouvelle exposition événement : Hollandaise: un voyage à travers un tissu emblématique.

En suivant la route de la Dutch Wax (« Hollandaise » en français) – ces tissus imprimés hauts en couleur exportés vers le continent africain – l’exposition s’inspire de l’histoire d’un matériau et d’une technique apparus sur l’île de Java en Indonésie, développés en Hollande et exportés vers l’Afrique. Devenu un exemple typique de tradition et de production africaine, ce savoir-faire est le fruit d’un processus complexe de globalisation. Il questionne, de par son histoire, le rapport entre culture et authenticité, identité et territoire.

Rassemblant cinq artistes africains (la sud-africaine Billie Zangewa, le ghanéen Godfried Donkor et le malien Abdoulaye Konate) et néerlandais (Wendelien van Oldenborgh et Willem de Rooij) de renommée mondiale, l’exposition fait le lien, au moyen de vidéos et d’œuvres sur textile produites spécialement pour l’occasion, entre une thématique ancienne et la production contemporaine.

Fascinée par les qualités thérapeutiques, historiques et créatives qui entourent les tissus et particulièrement la soie, Billie Zangewa illustre – en trois tapisseries typiques de sa production de grands appliqués – la ville, la modernité, la femme, et livre un véritable hymne la féminité.

L’immense tenture « African Feast » (the men and the marionnettes) d’Abdoulaye Konaté, réalisée pour l’exposition avec des tissus du Mali et de la Dutch wax, est la chronique quasi théâtrale d’une grande célébration malienne. On aperçoit des masques, des danseurs, des animaux légendaires, le tout dans des couleurs vibrantes et chaudes. Le contraste entre le support et ce qui y est figuré contient en lui-même le paradoxe souligné par l’exposition.

La vidéo est aussi à l’honneur à la Raw Material Company : en prenant respectivement le point de vue du Ghana et des Pays-Bas aujourd’hui, Godfried Donkor et Wendelien van Oldenborgh se servent de ce medium pour illustrer de manière documentée et descriptive leur rapport à cette tradition du textile. C’est ainsi que l’artiste ghanéen est allé filmer l’attrait pour ces tissus au plus près de la source, dans l’environnement familier de ses amis et de sa famille. En retranscrivant l’importance traditionnelle et économique que tient la production textile dans cette région de l’Afrique, Godfried Donkor nous fait le récit de femmes d’affaires ingénieuses, fidèles à leur tradition, à l’image de ces Mama Benz togolaises. Avec son film « La Javanaise », Wendelien van Oldenborgh propose elle une vision occidentale, ou du moins « depuis l’occident » du même sujet : situé dans l’ancien Institut Colonial d’Amsterdam, le documentaire voit trois protagonistes (le mannequin soudanais Sonja Wanda, l’écrivain Charl Landvreugd et le chercheur David Dibosa) expliquer leur relation et leur réflexion vis-à-vis de ce tissu emblématique.

Dernier pont entre les Pays-Bas et l’Afrique, l’œuvre « Blue to Black » de Willem de Rooij est un témoignage silencieux sur l’histoire coloniale. Produit au Ghana, ce grand rectangle de tissu, qui représente un dégradé du bleu au noir contrastant radicalement avec l’exubérance habituelle des couleurs appliquées sur ce matériau, est typique de ceux utilisés à la fois pour les festivités et les enterrements.

Réalisée sous le commissariat de la camerounaise Koyo Kouoh, l’exposition « Hollandaise: un voyage à travers un tissu emblématique » est le résultat d’une collaboration entre le Stedelijk Museum Bureau Amsterdam et la Raw Material Company dans le cadre du Project 1975, programme explorant les relations entre art contemporain et colonialisme.