Le Comité Artistique ASAP s’est réuni le 4 mars 2020

mardi 10 mars 2020
(de gauche à droite) Jean-Philippe AKA, Keziah JONES et Gaël FAYE
(de gauche à droite) Jean-Philippe AKA, Keziah JONES et Gaël FAYE
Keziah JONES
Keziah JONES
Gaël FAYE
Gaël FAYE
Jean-Philippe AKA
Jean-Philippe AKA
(de gauche à droite) Gervanne LERIDON, Keziah JONES et Matthias LERIDON
(de gauche à droite) Gervanne LERIDON, Keziah JONES et Matthias LERIDON
(de gauche à droite) Matthias LERIDON, Gaël FAYE et Gervanne LERIDON
(de gauche à droite) Matthias LERIDON, Gaël FAYE et Gervanne LERIDON
(de gauche à droite) Matthias LERIDON, Jean-Philippe AKA et Gervanne LERIDON
(de gauche à droite) Matthias LERIDON, Jean-Philippe AKA et Gervanne LERIDON
(de gauche à droite) Jean-Philippe AKA, Keziah JONES et Gaël FAYE
(de gauche à droite) Jean-Philippe AKA, Keziah JONES et Gaël FAYE
(de gauche à droite) Jean-Philippe AKA, Matthias LERIDON, Keziah JONES, Gaël FAYE et Gervanne LERIDON
(de gauche à droite) Jean-Philippe AKA, Matthias LERIDON, Keziah JONES, Gaël FAYE et Gervanne LERIDON
(de gauche à droite) Keziah JONES, Jean-Philippe AKA et Gaël FAYE
(de gauche à droite) Keziah JONES, Jean-Philippe AKA et Gaël FAYE

100 artistes contemporains originaires de tout le continent africain ont été invités à participer au projet ASAP. Le Comité Artistique présidé par Jean-Philippe Aka et composé de Gaël Faye, Keziah Jones et Melissa Goba s’est réuni le mercredi 4 mars 2020. Chacun des membres du Comité Artistique s’était approprié le projet en amont de cette journée afin de pouvoir définir ensembles des critères de sélection précis tels que l’originalité de la proposition artistique, son impact visuel ou encore le regard qu’elle porte sur le continent africain.

 

La contemporanéité des projets semblait être primordial pour les membres du Comité. En effet, l’artiste Gaël Faye annonçait rechercher avant tout « une représentation originale de ce que peut renvoyer l’Afrique aujourd’hui », tandis que Keziah Jones, chanteur-compositeur, espérait étudier des propositions artistiques qui « tendent à la modernité ». L’artiste et curatrice Mélissa Goba, présente en vidéoconférence depuis l’Afrique du Sud lors du Comité Artistique, saluait la richesse des dossiers artistiques, notamment parce qu’ils permettaient de « porter le regard sur l’avenir du continent africain ».

 

Le lien entre l’Afrique et l’espace n’est pas nouveau, le projet ASAP s’inscrit dans une dimension historique de longue durée comme l’a souligné Keziah Jones en faisant mention du « programme spatial zambien ». Initié par le professeur Edward Makuka Nkoloso, ce programme a vu le jour en Zambie en 1964. Il avait pour ambition d’emboiter le pas aux Etats-Unis et à la Russie dans la course à la conquête de l’espace. On pourra également mentionner le Zaïre (actuel République démocratique du Congo) qui s’était lancé en 1975 dans une aventure spatiale germano-zaïroise. L’histoire du continent africain dans l’espace n’est pas nouvelle, les artistes participant au projet ASAP la continue.

 

Jean-Philippe AKA, président du Comité Artistique, a conclu cette journée en soulignant l’importance de ce projet culturel pour les 54 pays du continent. Pour reprendre ses mots, le Comité venait de passer une journée au cœur de « l’Afrique d’aujourd’hui et de demain ».

 

Trois artistes lauréats ont été choisis par le Comité, ils soumettront leurs projets au jury d’ASAP le 23 avril 2020. Les noms des artistes ne tarderont pas à être dévoilés…