AAD en Centrafrique pour Refugees on the Move

jeudi 22 novembre 2012
La première session d'ateliers de danse à Batalimo aura lieu en janvier 2013 ©AAD
La première session d'ateliers de danse à Batalimo aura lieu en janvier 2013 ©AAD
La danse continue à Batalimo ©AAD
La danse continue à Batalimo ©AAD
Un jeune
Un jeune "refugee on the move" ©AAD
La plupart des réfugiés accueillis à Batalimo sont originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ©AAD
La plupart des réfugiés accueillis à Batalimo sont originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ©AAD
A l'occasion de la visite du délégué général d'AAD, les réfugiés ont improvisé des danses © AAD
A l'occasion de la visite du délégué général d'AAD, les réfugiés ont improvisé des danses © AAD
Boniface Watanga, chorégraphe centrafricain, au tambour à Batalimo ©AAD
Boniface Watanga, chorégraphe centrafricain, au tambour à Batalimo ©AAD
Une foule de réfugiés dans le camp de Batalimo (Centrafrique) ©AAD
Une foule de réfugiés dans le camp de Batalimo (Centrafrique) ©AAD

« Refugees on the move », le programme phare d’African Artists for Development (AAD) s’apprête à franchir un nouveau cap. Après une première expérience couronnée de succès au Tchad, le délégué général d’AAD, Jean-Michel Champault, s’est rendu en Centrafrique pour établir les modalités de réplication du programme dans ce pays en compagnie du chorégraphe Boniface Watanga.

 

Refugees on the move repose sur l’idée incroyable de faire de la danse un outil de médiation sociale et culturelle au sein des camps de réfugiés. Dans le cadre du projet pilote lancé en novembre 2011 dans les camps de Moula et Yaroungou au sud du Tchad, le chorégraphe Taïgué Ahmed et ses danseurs avaient ainsi organisé durant plusieurs semaines des ateliers de danse qui ont notamment permis la réduction de la violence au sein des camps et l’instauration d’un dialogue avec les populations des villages voisins.

 

Afin de répliquer cette initiative et son impact positif sur les réfugiés de Centrafrique, Jean- Michel Champault s’est tout d’abord rendu à Bangui où il a rencontré les équipes du bureau national de l’UNHCR et retrouvé Boniface Watanga. Après un mois passé au Tchad auprès de Taïgué Ahmed et ses danseurs, l’animateur, comédien et conteur centrafricain est fin prêt pour assurer l’organisation et l’animation d’ateliers de danse dans des camps de réfugiés en Centrafrique.

 

Boniface Watanga et Jean-Michel Champault se sont rendus hier dans l’ouest du pays pour visiter le camp de réfugiés de Batalimo où les ateliers de danse devraient avoir lieu. Sur place, ils ont non seulement rencontré le personnel de l’UNHCR mais également les autorités locales et des réfugiés. Ce faisant, ils disposent d’un panorama complet des problématiques touchant les milliers de congolais hébergés dans le camp.

 

Prochaine étape du programme : la mise en place, en janvier 2013, de la première d’une série de trois sessions d’ateliers de danse d’un mois par Boniface Watanga et sa troupe de danseurs ainsi que le passage de relais à un chorégraphe burundais et un chorégraphe tanzanien qui animeront des ateliers similaires dans leur pays respectif.